fermer

Espace Client

Accédez aux pages privées de notre site en utilisant le module de connexion situé sur votre droite. Si vous ne possédez pas de comptes alors créez-le en cliquant sur Créer un compte.
Points de vente
Espace Client

Affiche_Isabelle_Devigne_1er_fvrier_2015


Affiche_Comment_jai_dress_6_fvrier_2015

Goutelas - Samedi 10 janvier 2015 à 17h 30 - Rassemblement "Nous sommes Charlie"

En vous saluant tous et chacun comme amis : élus, habitants du territoire proche ou plus lointain, je tiens à vous dire, au nom de l’association du Centre culturel, combien vous recevoir dans la cour d’honneur de Goutelas prend sens et vérité. Ces murs, reconstruits par le travail commun d’hommes et de femmes, d’origines et de convictions différentes, sont le signe tangible de ce que peut l’amalgame des volontés en des temps incertains : la mise en chantier de la reconstruction du château en 1961, au cœur des années sombres de la guerre d’Algérie, des déchirements, des doutes et des violences, fut et reste un message d’unité et de fraternité. L’inscription NON SIC IMPII gravée sur le fronton de la chapelle de Goutelas vers 1570,  à l’époque où les guerres de religion entre protestants, catholiques, ultras-catholiques, et soudards à leur solde ensanglantaient la France, est une condamnation sans appel de la barbarie.

Depuis trois jours, nous vivons dans l’émotion énorme qu’a suscitée l’assassinat de la liberté de penser, d’écrire, de dessiner. Il convient d’associer à cette émotion, signe de notre humanité, le plein usage de notre raison et de construire un avenir à notre révolte, à notre stupéfaction, à notre deuil. Je vous propose de partager trois paroles, trois invitations:

Une invitation à résister : Le déploiement des forces armées et du matériel dans les assauts donnés aux terroristes montre la gravité, le sérieux du combat auquel nous sommes confrontés. Les rassemblements qui marquent depuis trois jours la vie civique, en France et au-delà, montrent en effet « qu’ils n’ont pas gagné »: « ils » ce sont l’intégrisme, la violence armée de l’intolérance, la volonté de détruire contre qui nous sommes en guerre. « Nous devons surmonter notre rage et notre dégoût, nous devons les faire partager afin d’élargir notre action comme notre morale » écrivait René Char en 1943. La résistance n’est pas le fait d’un moment, c’est un état d’esprit.

Une invitation à la responsabilité : Ce que nous affirmons dans nos rassemblements: tolérance, liberté, respect, égale dignité, fraternité sont des valeurs conquises, transmises et enrichies par les grands passeurs d’humanisme. C’est notre héritage culturel qui associe la philosophie antique, la morale chrétienne, les principes de la Torah, les écrits d’Avicenne et d’Averroès (médecin et philosophe de l’Islam), l’héritage des Lumières. Il se nourrit du rire énorme de Rabelais, de la sagesse de Montaigne, de l’ironie de Voltaire (père de la laïcité), des combats éclairés de tous ceux qui contribuèrent la déclaration des droits de l’homme et du citoyen et de tous ceux qui s’en réclament. Parmi les hommes et les femmes qui ont affirmé ces valeurs dans leur vie et dans leurs écrits beaucoup ont été confrontés à l’intolérance, beaucoup ont été exilés, beaucoup ont vu leurs œuvres condamnées et brûlées. Nous avons la responsabilité de transmettre, de partager, d’expliquer sans relâche cet héritage afin de le faire fructifier : l’incantation humaniste ne suffit pas à combattre la barbarie ordinaire et insidieuse de nos abdications et de nos routines confortables.

Une invitation à anticiper : De leur vivant, les journalistes, les caricaturistes dont nous nous réclamons aujourd’hui cherchaient à nous déranger, à nous alerter. Ils nous dérangent aujourd’hui par leur mort et nous invitent à être vigilants, à refuser l’endormissement, la vision étroite et crépusculaire de la société, à vivre les yeux, le cœur et l’esprit ouverts pour ne pas subir la peur mais anticiper les risques à venir. Nous sommes invités à humaniser la mondialisation qui vient à nous sous de multiples formes agressives, belliqueuses, conflictuelles, et construire dès à présent et pour les générations futures une « communauté de destin ».

Marie-Claude Mioche, Présidente du Centre culturel de Goutelas

Mes propos d’aujourd’hui doivent beaucoup à l’ouvrage de Mireille Delmas-Marty, Résister, responsabiliser, anticiper, Editions du Seuil, 2013.



accueil_goutelas